Tour du monde en 365 galères

L'aventure est terminée.

(mis à jour il y a plus de 8 ans)

Sur la route depuis

3631 jours


" Don't dream your life, but live your dream " — Mark Twain

Où se cache le Bali sauvage ?

Du 12 Février au 22 Février 2011

 

Après le bel accueil que le Laos nous a fait, nous nous envolons pour Bali : notre dernière étape en Asie du Sud-Est/Indonésie. Souvent affiché en tête des destinations paradisiaques touristiques, nous avons voulu nous en faire notre propre idée (belle excuse non ?). Arrivés à Denpasar après une longue nuit passé à l’aéroport de Bangkok et une courte nuit dans l’avion, c’est une foule de taxis qui nous attendait à l’aéroport à des prix qui ne pouvaient être que touristique. Alors qu’on pensait arriver sur une petite île sauvage, on s’est vite rendu compte qu’on n’était pas sur la bonne île. 

 

Mission Bali en 10 jours top chrono, il ne fallait pas perdre une seule journée. La seule manière de balayer l’île était de louer des scooters. Négocié à 200 000 Roupies (environ 20 euros) pour 6 jours, on quitte rapidement Kuta et sa plage de surfeurs super-bronzés super-blonds, avec dans notre coffre à roulette un maillot de bain pour la trempette, un tube de crème solaire pour ne pas se transformer en écrevisse, une veste pour l’altitude, des tongs pour le style et notre sac à viande pour les heures nocturnes… le reste c’est sur nous. On laisse de coté le Sud de l’île méga-touristique pour partir vers l’Ouest de l’île, censé l’être un peu moins… Enfin ce n’était pas encore ça : même quelques mètres de plage suffisaient aux complexes hôteliers de s’y installer. Bien que les petits chemins dans les rizières que nous empruntons nous séduisent, nous restons découragés par les prix pratiqués. Nous fuyons alors vers le Nord de l’île et l’intérieur du territoire. On était venu chercher quelque chose que l’on n’avait pas encore trouvé : celui d’un échange simple avec la population locale et non celui d’un échange orienté par l’argent. Le Laos nous manquait déjà.

 

Heureusement, notre persévérance nous récompense. A peine nous nous enfonçons dans les terres que nous retrouvons la gentillesse des gens. Notre technique est de chercher des « Home Stay » chez l’habitant, de demander aux gens si l’on pouvait dormir chez eux. Une expérience unique et locale, hors du commun et surtout bien moins couteuse. Les Balinais, souvent intrigués par notre présence, n’hésitent pas à venir échanger quelques mots avec nous.

 

Dans les parcs Nationaux en pleine foret, les temples, les cérémonies et autres pratiques religieuses captent notre attention. On se rend compte de l’importance de la religion en Indonésie. Les Balinais consacrent plus de la moitié de leur temps dans les rites religieux et 50% de leur revenu dans les offrandes pour les prières et l’imploration des dieux. Des pratiques qui pourraient, nous Européens, nous étonner plus d’une fois. Les paysages montagneux, les rizières, la cuisine locale à des petits prix, les soupes de rue et la vie plutôt simple que nous menons nous remotive. 

 

D’une cinquantaine de kilomètres à l’autre, les paysages changent d’une manière renversante (la température également nous aura surpris plus d’une fois). Des petites routes montagneuses aux chemins de terre entre les villages et rizières ou encore aux routes longeant les plages, cela vaut vraiment la peine d’être libres sur nos scooters. Bien que les routes soient parfois dangereuses et bourrées de nids de poule, on aura apprécié le fait de pouvoir nous arrêter à notre bon vouloir : en pleine route de montagne pour s’avaler un bol de noodles, dans un petit village de pêcheur pour ferrer le poisson avec les locaux, ou encore pour divaguer dans les petits marchés locaux. 

 

Pour résumer, notre avis sur Bali restera mitigé. Le Sud de l’île très touristique, en complet décalage avec ce qu’il se passe ailleurs sur l’île où les touristes arrivent en masse dans leur hôtel-piscine all-inclusive, est sans contester un endroit de fête et de détente, surf et saut à l’élastique à la clé qu’on ne se sera pas refusé. Les prix quasi identiques qu’en Europe nous auront laissé la bouche sèche plus d’une fois alors qu’il était l’heure était venue de fêter notre arrivée à Bali… De façon opposée, le Nord et le Centre de l’île nous a séduit par l’authenticité des lieux, la gentillesse de la population qui n’ont pas manqué de nous adresser la parole et par le cadre exotique relaxe des îles dans lequel les Balinais continuent à pratiquer leur religion.

 

 

Flickr Album

1 Commentaire

'pa

07. mai, 2011

SUPER ;;;Même si cela est touristique cela me donne quand meme envie de faire du scottter sur les routes remplies de nids de poule .J’imagine la verdure et le petits villages sympatiques.
Je suis surtout très heureux de voir un nouvel article avec photos pour donner un aperçu de votre voyage, malgré les contraintes je retrouve un chris qui garde ses objectifs d’informer de la merveilleuse aventure de découvrir notre Globe terrestre …….et continuer de raconter comme un écrivain sa drôle d’aventure
A très bientôt pour la suite avec hâte
Bon courage et a bientôt
‘pa

  • Articles les plus populaires

  • Derniers commentaires

    • Once2 le 28 janvier 2015:

      Le Train du Ciel au Tibet est-il dangereux du point de vue de la santé...
    • rwrsilany le 12 avril 2012:

      Nossa! os videos são tops. É você é realmente louco… bjus Thomas
    • 'pa le 31 août 2011:

      De l’humour De la misique à chambouler les coeurs De la vie De...
    • John le 18 août 2011:

      le seul club de la ville au nom douteux : « L’Apocalypse Now » au Vietnam...
    • Adrien Poussin le 29 juillet 2011:

      tellement vrai le coup du mec qui n’a aucune idée de la...
    • hai le 27 juillet 2011:

      A prochainement j’espère.
    • Charles_dlof le 14 juillet 2011:

      A ta place je serai content de remplacer le riz d’Asie par...
    • JK le 11 juillet 2011:

      J·ai comme l`impression que les galères mécaniques vont arriver dans le...